Le yoga nous rendrait égoïste ?

Le yoga nous rendrait égoïste ?

C’est un article paru dans le magazine Cerveau et psycho qui nous interpelle ainsi. Et je rebondi avec joie.

Yoga, méditation et autres pratiques venue d’orient, rappelons le, nous régalent et s’intègrent, pour notre bonheur, dans des pratiques occidentales de bien-être telle que la sophrologie et c’est très bien. Enfin nous prenons soin de notre santé et en devenons responsables.

Cependant n’oublions pas de rendre hommage à ces cultures ancestrales qui nous ont offert tant de richesses. Nous n’avons rien inventé. Ensuite remettons les choses dans leur contexte pour ne pas s’égarer. Ces pratiques qui nous enrichissent sont issues de cultures dont le socle sont les relations interpersonnelles. L’homme seul n’est rien.

Notre société, elle, est de plus en plus individualiste, et le yoga ou la méditation par exemple, qui nous permettent de nous « recentrer » accentueraient le phénomène. Nous nous renfermons d’avantage sur nous même plutôt que de nous ouvrir aux autres.

Et en effet, à mieux y regarder, notre plus grande souffrance ne vient-elle pas de notre isolement et de la peur de l’autre. Dans la vie personnelle autant que dans le milieu professionnel. Moi, j’en suis sure et vous ?

Alors, oui, lors de votre prochaine méditation, repensez aux origines de votre pratique et essayez d’intégrer une pensée bienveillante pour votre voisin ou votre collègue de travail.

Là est sans doute le plus gros effort que nous ayons à faire.

#yoga #méditation #developpementpersonnel #sophrologie #shiatsu #ayurveda #médecinechinoise #wellness etc

Qu’est ce que le shiatsu ? Et en particulier le iokai shiatsu ou encore shiatsu des méridiens.

Le shiatsu est une pratique japonaise qui s’appuie, sur les préceptes de la médecine chinoise et de la pensée orientale à savoir le TAO, le YIN et le YANG, le QI (ou KI), les cinq mutations, le système de méridiens etc. Il s’est enrichie de connaissances en ostéopathie et chiropraxie, mais il s’appuie surtout, en particulier concernant le iokai, sur les pratiques manuelles traditionnelles ancestrales.

La pratique consiste principalement en des pressions des doigts (ou d’autres partie du corps) sur tout ou partie du trajet des méridiens (flux énergétique) choisi en fonction du diagnostic préalablement établie. Mais on pratique également des mobilisations et des étirements avec la respiration pour support.

Shiatsushi (le praticien) et jusha (le receveur) établissent une relation de confiance et d’échange. Le shiatsushi porte un profond respect à son jusha qui est son maître …

Le shiatsushi accompagne, aide, aiguille le jusha à retrouver un équilibre en rétablissant la libre circulation du KI traduit par « énergie » dans son Corps (corps/esprit).

La pratique du shiatsu s’appuie donc sur le respect, l’écoute, la respiration, la présence, la concentration.

Au delà du « traitement », c’est un véritable outil d’accompagnement et de développement personnel car il prend en considération la personne dans sa globalité, sa nature, son histoire, son mode de vie, pour comprendre et rétablir l’équilibre. Le jusha est responsable de sa santé et prend en charge le retour vers l’équilibre en modifiant, le cas échéant, les comportements inadaptés voir délétères. Le shiatsu permet de prendre conscience. Nous sommes pleinement acteur de notre maintien en bonne santé. C’est avant tout une pratique de la prévention.

Respiration, pressions, mobilisations, étirements, hygiène de vie, alimentation, mode de vie, sont au coeur de la pratique.

Chaque individu est unique, et tout change tout le temps, chaque séance est donc inédite.

Au delà des trois années de formation indispensables, c’est toute une vie d’expériences et d’apprentissage qui s’ouvre à nous et qui font la richesse de cet art.

#shiatsu #iokaishiatsu #zenshiatsu #medecinechinoise

La peur du jugement …

La peur du jugement.

Elle nous permet finalement de vivre en société mais parfois elle nous gâche la vie.

Pour s’en libérer lorsqu’elle nous accable, posons nous ces quelques questions :

Est-elle fondée ?

Est-ce réel ? Est-on entrain de me juger ?

Suis-je si important aux yeux des autres ? Suis-je à ce point leur centre d’intérêt ?

Si c’est le cas réellement, est-ce si important finalement ?

Si elle est liée à la peur du rejet, et si j’ai peur d’être rejeté par ce groupe, est-il celui qui me correspond ?

Faut il vraiment être parfait tout le temps ?

N’ai je pas le droit de me.tromper ?

Mon avis ne vaut-il pas celui de l’autre ?

Et puis, ma vie et mes choix ne peuvent pas être dictés par le regard des autres.

Etre trop sensible au jugement c’est laisser la place aux personnalités toxiques et à la manipulation.

Rappelons nous que nous partageons la conditions humaines et donc nos peurs.

#bienetre #jugement #psycho #regarddesautres #peurdujugement #bienveillance #goodwibe #developpementpersonnel

Le KI, le QI ? Mais c’est quoi ton truc en vrai ?

Qu’est-ce que le KI ?

Pas facile de répondre à cette question, pas facile d’appréhender cette notion d’autant plus lorsqu’elle ne fait pas partie de notre culture. Des livres entiers explorent cette question. Mais que répondre aux personnes qui nous interrogent ? Parler d’énergie ? Certe, mais ce mot est tellement malmené ! Et est-ce vraiment cela ?

Hier j’étais assez fatiguée, de façon assez globale et dès le réveil et en plaisantant je me suis dit à moi-même « tu as un petit KI aujourd’hui », et puis j’ai pensé à cette idée.

Qu’est-ce qui nous pousse à nous lever le matin (lorsque l’on a pas mis sont réveil) ?

Ca parle évidemment de tous les aspects physiologiques mais de choses plus impalpables aussi. J’ai trouvé que ça interpellait et que ça questionnait de la bonne manière ?

Qu’est-ce qui me pousse à me lever le matin ?

Qu’en pensez-vous ?

#KI #QI #médecinechinoise #penséeorientale #tao #shiatsu #iokaishiatsu #thérapiemanuelle #tradition #japon #Masunaga

Mal de dos, la bonne réponse ?!!!

Il semblerait enfin, que de plus en plus d’acteurs de notre médecine dite conventionnelle admettent ne pas savoir d’où vient le mal de dos !

On ne parle pas ici du mal de dos dont les causes ont été déterminées par des examens médicaux et qui relève d’une chute, d’un accident ou d’une maladie, mais du mal de dos dont souffre de façon ponctuelle ou chronique 80% de la population.

Aujourd’hui nous ne sommes plus examinés comme une simple mécanique (biomécanique), où corps et esprit seraient dissociés et où chaque dysfonctionnement de la machine pourrait immédiatement et systématiquement être diagnostiqué et réparé.

Nous sommes tous singulier et la somme d’une multitude de facteurs. Il y a donc une infinité de combinaisons et donc de raisons possibles pour expliquer ce mal de dos qui serait une alarme émise par notre corps pour nous alerter d’un déséquilibre.

Sans doute y a t-il autant de cause de mal de dos qu’il y a d’individus.

En effet, nous somme le résultat de notre capital génétique, mais aussi de notre histoire, de notre environnement (au sens large) et de notre mode de vie (sommeil, alimentation, activité, travail etc)

Ce mal de dos doit donc nous alerter sur le déséquilibre d’un des aspects de notre vie qui doit être selon sa nature, corrigé, rectifié, amélioré, écouté, pour rétablir une certaine harmonie.

Nous sommes donc bel et bien acteur dans la prise en charge de notre santé. Chacun étant responsable de son intégrité.

Ainsi le thérapeute, n’est pas seulement un bon mécanicien mais il devient un équipier, un partenaire, pour nous aider à déterminer la cause du déséquilibre qu’il soit physique, psychique ou émotionnel (sommeil, alimentation, activité, traumatisme…). Le thérapeute devient celui qui accompagne pour aider la personne à trouver la voie de sa guérison. 

Pour le thérapeute, il est temps d’apprendre à dire « je ne sais pas » mais « on va chercher, comprendre et travailler ensemble ». Pour le « patient » il est temps de se responsabiliser et de prendre en charge sa santé pour une harmonie durable.

Accompagner et responsabiliser avec diplomatie, bienveillance et empathie.

Il n’y a pas pour le thérapeute d’obligation de résultat mais de moyen et ce moyen n’est pas forcément une réponse allopathique mais bel et bien une approche plus globale pour un résultat pérenne.

#dos #maldedos #global #médecineintégrative #médecinechinoise #shiatsu #accompagnement #ostéo #kiné #thérapeute #resposabilité #iokaishiatsu #humain #humanité #santé #soin

Faites circuler !!!

Bougez, restez en mouvement, respirez, étirez, renforcez, vous êtes responsables de votre maintien en bonne santé.

Inutile de se lancer dans le sport de haut niveau et dans la performance, faites juste circuler. Votre corps à besoin de fonctionner d’être en mouvement, il est fait pour ça.

Le corps est une mécanique incroyable faite pour le mouvement, la marche. Notre sédentarité nous rend malade. Nous nous étonnons que le mal de dos occupe une place si importante dans notre société mais nous ne bougeons plus.

Une simple mécanique, la marche, est nécessaire pour faire circuler le sang, nous sommes fait comme ça. La circulation sanguine est stimulée par les muscles de nos jambes qui en se contractant pompe le sang dans notre corps.

Le bien-être au travail, une illusion ?

Nous ne sommes pas dupes. Le bien-être au travail ce n’est pas seulement notre posture, l’ergonomie de notre chaise, l’organisation et l’orientation de notre bureau ou encore des cours de yoga et des séances de relaxation. Le bien-être au travail, c’est quelque chose de plus vaste et plus profond, se sentir bien au travail ne pas être en souffrance c’est avant tout une volonté de la direction, un engagement profond, une philosophie portée par la hiérarchie, qui comme l’eau de source se diffusera du sommet vers les vallées. A l’inverse sans cette volonté, toute autre mesure ne sera que cautère sur jambe de bois.

Ensuite, c’est une attitude face au travail. Chacun a une responsabilité face à sa santé, et en l’occurrence au travail. Nous ne sommes pas formé pour l’entreprise, nous ne sommes pas formé pour « aller au travail ». Nous devons apprendre à poser nos limites. Savoir jusqu’où nous pouvons aller pour conserver notre intégrité physique et morale. Comme dans le sport ou toute autre pratique apprendre à mesurer le bénéfice par rapport au risque pour sa santé.

De nombreux professionnels du « bien-être au travail » sont issus du monde de l’entreprise. Entreprises ou particuliers ces professionnels peuvent vous orienter dans vos projets ou besoins sur ce sujet.

Pour plus d’informations 06 60 42 21 78 ou massagealasource.com

Le massage dans notre société ???

Ce matin encore lors d’une séance de massage en entreprise ou plus exactement à l’hôpital, un monsieur me disait encore qu’il se faisait masser pour la première fois de sa vie … !!! Un monsieur de 40 ans au moins ! Bien sûr, il était ravi, hyper enthousiaste et s’en allait en me disant qu’il allait réitérer.

Mais que s’est-il passé ? Comment cette pratique vieille comme le monde a-t-elle été si matraitée, oubliée, stéréotypée, réduite à un soin superficiel ou exceptionnel et « médicalisé » ? Pourquoi notre société a-t-elle tant de difficultés avec le massage, et pourquoi tant de débats alors qu’il est répendu sur l’ensemble de la planète et ses vertues reconnues dans tant de pays parfois même faisant partie intégrante de la médecine.

Le mot massage lui-même, alors qu’il a toujours été pratiqué pour le soin et la relaxation, comme dans la médecine, a été longtemps réservé à l’usage unique des kinésithérapeutes !!!

Le massage existe depuis la nuit des temps. Il s’agit sans doute de la pratique la plus ancienne et la plus instinctive pour se soulager.

En 2021 nous sommes encore obligés de rédiger des articles qui énumèrent toutes ses vertues pour convaincre la population de ses bienfaits.

Certains inventent de nouveaux noms, déposent des brevets, s’approprient des techniques pour en tirer profit, mais le massage c’est bien plus que cela.

Il suffit de faire une simple recherche pour en découvrir la richesse..

Massage — Wikipédia (wikipedia.org)

Il est grand temps de retrouver l’essentiel, la simplicité, notre nature. Il est grand temps de retrouver notre humanité.

Médecines millénaires et pratiques modernes …

Rendons à Bouddha, Lao Tseu et Confucius, ce qui appartient à …

Le saviez vous ?

Nombre de pratiques modernes s’appuient sur les préceptes et les piliers des médecines ayurvédique, taoïste et chinoise vieilles de plusieurs millénaires. Ce qui a été observé, étudié, décrit, dans des textes de plus de 3000 ans est mis en lumière régulièrement par nos découvertes scientifiques (système nerveux, hormones, neurones, plus récemment fascias, tissus conjonctifs … ). C’est tout simplement extraordinaire et passionnant.

J’ai découvert l’ayurveda et la médecine chinoise à travers le massage et la pratique du shiatsu qui s’appuie sur la médecine chinoise et j’ai été tout simplement bouleversée. Ce que j’entendais, ce que je lisais me ramenait profondément à mes sensations d’enfant, lorsque vous savez que vous faites partie d’un tout, avant que d’autres « valeurs » ne viennent « corrompre » cette humilité. Elle décrivent la condition humaine dans l’univers.

Trois des piliers de ces médecines millénaires repris par les pratiques alternatives modernes sont déjà :

la diététique, les massages et les exercices basés sur la respiration et les étirements musculaires (le yoga, le dao yin, la méditation) .

Ces médecines sont dites globales, c’est à dire qu’elles traitent le corps et l’esprit et abordent l’individu à travers son histoire, son mode de vie, son environnement …Soit 7 milliards de combinaisons possibles … Une vie d’apprentissage ne suffit pas … Ces médecines orientales s’appuient sur des principes énergétiques riches et complexes. Un mode de pensée non binaire. Une approche préventive basée sur l’être plutôt que l’avoir. Elles nous proposent une hygiène de vie adaptée pour nous maintenir en bonne santé. Attention donc aux raccourcis et notamment aux méthodes trop brèves qui se revendiquent de cette pensée mais qui tendent à traiter les symptômes plutôt que les causes profondes et qui en dénaturent la philosophie.

Rendons hommage et soyons reconnaissant envers ces cultures qui nous inspirent. Et surtout méfiance envers les formules magiques qui vous guérissent en 30 minutes, parfois à distance, et aux gourous qui jettent le discrédit sur ces connaissances ancestrales.

Le do in ? C’est quoi ça ?

Le do in, en quelques mots. (ceci est un raccourcie, j’espère qu’il vous donnera envie de creuser …)

Le do in (tao yin ou dao yin) est une pratique ancienne que l’on peut apparentée au yoga. Souvent rattachée au shiatsu. Certains l’appel d’ailleurs auto-shiatsu. Trop l’on détournée et en on fait une pratique symptomatique, mais comme les autres pratiques orientales il s’agit d’une approche préventive, même si effectivement on peut aussi l’utiliser pour soulager certains maux du quotidiens. Prendre en charge et entretenir sa santé voilà le mot d’ordre. La pratique prend plusieurs formes. Méditation, mouvements, mobilisations, étirements, auto-massage, accupressions en s’appuyant sur la respirations selon les principes de la médecine chinoise (donc du tao), yin yang, cinq éléments, ki, méridiens, tsubos …

Avant tout, se reconnecter à ses sensations, à son corps, apprendre à se relâcher, à respirer, à se détendre. Identifier ses « faiblesses ». Faire circuler l’énergie.

Pas d’objectif à atteindre, juste être.

De nombreux sites spécialisés offrent des détails sur l’histoire, la philosophie du Tao, et les pratiques qui s’y rattachent. J’ai découvert celui-ci https://tao-yin.fr

Tradition, pensée et pratique s’unissent et s’explicitent dans et par le rite. … Nous comprenons difficilement qu’un simple geste rituel, qu’une simple posture puissent constituer l’un des plus hauts lieux de la pensée. ”
YU DAN (Le bonheur selon Confucius).

Belle découverte à tous !