Le toucher nourricier, pourquoi masser mon bébé ?

Depuis maintenant plusieurs décennies l’importance du toucher bienveillant dans notre développement et notre équilibre global a été démontrée par de nombreuses recherches et plus récemment par les neurosciences, et en particulier chez le nouveau né et l’enfant.

Ainsi le peau à peau avec les parents à la naissance est devenu systématique dans nos maternités, le portage est une pratique courante, on connaît de plus en plus le massage de la femme enceinte et on reconnaît ses effets positifs sur le bien-être de la future maman mais aussi chez l’enbryon puis le fœtus (cependant lors de mes grossesses personne ne m’a encouragé à me faire masser… et ça ne fait que 5 ans et demi…). On sait que le bébé a besoin de la proximité, du contact avec ses parents. L’époque totalitaire on vous étiez taxé de laxiste quand vous accouriez au premier pleure est heureusement révolue (ou presque), alors qu’en est-il du massage des bébés ?

La proximité, le portage, le contact charnel constant du bébé et de l’enfant avec ses parents existent depuis toujours dans de nombreuses cultures. Malheureusement, dans notre culture occidentale, au cours de notre histoire, le toucher a été désigné comme malsain, voir même diabolique et nous en avons été longtemps privé et jusqu’à très récemment.

Il n’y a encore pas si longtemps il n’était pas rare d’entendre que pour qu’un enfant soit fort il ne devait pas être trop choyé …

C’est tout l’inverse. Et peut être que notre société est un peu malade de tout cela ?

Oui, pour qu’un enfant puis qu’un adulte soit heureux et vive en harmonie avec le reste du monde, il doit être chouchouté et sécurisé.

Le toucher ?

Le toucher est le premier de nos 5 sens à se développer. A partir de 2 mois, l’embryon réagit déjà lorsqu’il est touché. Tout au long de sa vie intra utérine, l’embryon puis le fœtus sera massé, stimulé par les parois de l’utérus et par les caresses de sa maman et éventuellement par les massages qu’elle aura reçu. Il sera nourri de ses caresses et de toutes les réactions en cascade qu’elles produisent dans le corps humain.

Le toucher est le sens de la peau qui est l’organe le plus grand de notre corps.

Elle est notre protection contre l’extérieur, elle me permet de m’adapter à mon environnement, de survivre, et c’est aussi grâce à elle que je découvre le monde, l’autre et mon propre corps. Sa surface est recouverte de millions de capteurs, de terminaisons nerveuses qui nous transmettent sans cesse de nouvelles informations et qui déclenchent nos réactions et notamment le plaisir et le bien-être.

J. Lionel Taylor « C’est par notre peau, grâce au toucher, que nous ressentons, aimons, détestons ».

C’est un sens vital. On sait par expérience, malheureusement, que des enfants privés de contacts prolongés et bienveillants présentent de nombreuses carence dans leur développement et dépérissent.

L’histoire du massage des bébés ?

Il est ancestral. Le massage des bébés existent dans de nombreuses traditions, cultures, mais la référence est souvent le massage issu de la tradition ayurvédique. L’Ayurveda est la médecine traditionnelle décrite comme la plus ancienne.

Ce massage a été rapporté par l’obstétricien français Frédérick Leboyer dans les années 70, comme d’ailleurs le peau à peau et un nouveau mode d’accouchement respectueux et sans violence, suite à ses découvertes et ses observations lors de ses voyages en Inde.

Il a été depuis adapté, spécialisé pour telle ou telle problématique mais il demeure la source des massages bébés proposés par les divers thérapeutes.

Frédérick Leboyer détail ce massage dans son livre très poétique « SHANTALA un art traditionnel le massage des enfants » aux éditions Seuil.

Quels bienfaits ?

Ils sont si nombreux ! Ils font l’objet de tellement d’études, d’ouvrage, de découvertes, de recherches.

Essayons d’en citer quelques uns :

– Il permet au bébé de découvrir son environnement,

– II établit la réalité des frontières entre le monde extérieur et lui. Il lui permet de définir son schéma corporel (jusqu’à 6 mois environ un bébé se voit comme le prolongement de sa maman),

– il participe à son développement physique, psychique, affectif, social, et cognitif

– il renforce le lien d’attachement avec ses parents,

– il lui procure du plaisir, du bien-être,

– il stimule la sécrétion d’hormones indispensables au bon fonctionnement de son organisme, (dopamine, endorphine, sérotonine, ocytocine …)

– il apaise et calme en stimulant le système nerveux parasympathique,

– il développe son intelligence émotionnelle, l’empathie, la confiance en soi,

Selon Donald Winnicott pédiatre et psychanalyste britannique, « de la qualité des soins portés à l’enfant va dépendre le développement du moi ».

Les nombreuses études menées viennent à démontrer le rôle majeur du toucher nourricier dans le développement harmonieux psychoaffectif de l’homme.

Les soins apportés à l’enfant, le toucher sain, nourrissant et bienveillant lui permettront de devenir un adulte qui vivra en harmonie avec l’extérieur, serein et épanoui aussi dans sa vie intime.

Masser son bébé est sans doute le plus beau cadeau que l’on puisse lui faire pour le reste de sa vie.

https://bienetremarseille.com/bebes-et-futures-mamans/