Un chemin vers une reconversion

On m’a souvent demandé pourquoi ? Comment cette reconversion ?

Je vais tenter d’y répondre. Mais surtout peut-être y en aura-t-il d’autres, la vie n’est pas figée, heureusement. D’ailleurs finalement ce mot n’est pas très significatif. Parlons plutôt de nouvelles expérience.

La réponse ne tient pas en quelques mots. C’est un cheminement, une attention aux événements, une adaptation, une opportunité, une envie, un besoin, une nécessité.

D’abord une quête de sens. Comme nous tous, j’étais en quête de sens et ce depuis longtemps. Envie d’avoir une vie qui réponde au mieux à mes attentes, à ce que je suis profondément.

Avant cette reconversion, il y a eu d’autres grands changements, de région notamment, en quittant tout. Des changements qui ont ensuite participer à cette nouvelle évolution, forcément. Les évènements ne sont pas indépendants les uns des autres.

J’aimais mon activité professionnelle dans les Ressources Humaines, je me formais continuellement pour travailler sur ce qui m’intéressait, et notamment sur la place de l’humain dans l’organisation. Je me suis investie. La place de l’humain dites vous ?! Vaste plaisanterie. La réalité a été tout autre.

Et puis, j’ai rencontré mon amoureux, j’ai eu un premier petit garçon et après des années très difficiles à travailler à l’encontre de mes valeurs, et mal traitée ? il faut le dire, on a fini, indirectement bien sûr, par me pousser violemment vers la sortie, enceinte de mon second enfant. Pour d’obscures raisons, qui feront sans doute l’objet d’un nouvel article, n’en doutez pas, nous y parlerons sexisme … (je vous invite à lire un autre article ).

Un mal pour un bien comme on dit.

Extrêmement blessée, j’ai donc quitté cette dernière entreprise.

J’étais déjà ou encore en quête de sens, en introspection, et en colère bien sûr. Elle n’apporte rien, quelqu’un m’a dit une phrase que je retrouvait plus tard dans l’étude de ma pratique « Assieds toi au bord de la rivière et attend de voir passer le corps de ton ennemi ».

Et puis, on a découvert au 3ème trimestre de ma grossesse que mon bébé avait une malformation cardiaque et qu’il devrait être opéré quelques jours après sa naissance… Évidemment les semaines qui suivirent furent compliquées.

Enfin, l’accouchement, les soins, l’opération, la réanimation, les soins intensifs, des aller retour entre la maison et l’hôpital, l’inquiétude pour mes deux enfants …

Et bien aujourd’hui, je vous l’assure en y repensant, mes premières sensations sont agréables. L’accouchement s’est très bien passé, l’opération aussi, nous avons eu beaucoup de chance, et nous avons été entouré par des professionnels bienveillants.

Voilà ce qui a fait la différence. Lorsque j’entends parler les gens de leur douloureuse expérience souvent, il y a eu absence de bienveillance.

Nous avons tous, besoin, d’être entourés, écoutés, choyés, soutenus.

Ces professionnels étaient beaux tant par leur savoir faire que par leur présence.

Voilà sans doute le déclic.

Et la reconversion s’est faites au fur et à mesure et m’a porté jusqu’à la découverte de l’approche orientale, globale, des médecines traditionnelles et du Shiatsu.

Pour répondre à la question donc, c’est un chemin, une succession d’évènements, de choix, d’opportunités, de besoins, d’envies. Restez ouvert, à l’écoute, n’ayez pas peur et faites vous confiance.

Je sais à quel point l’amour et le soutien de mon amoureux ont été primordiales. Merci. Je t’aime. Et bien sûr merci à ma grande soeur, toujours présente, depuis toujours.

Laisser un commentaire